Archives de Tag: médias

En Iran la radicalisation continue

Entre temps en Iran le régime se radicalise.

Un membre de la Ligue de défense des droits de l’homme en Iran présidée par Mme Chirine Ebadi a été arrêté.
Un journal, Hamshahri, publié par le maire de Téhéran, probable futur candidat à la présidentielle, a reçu un avertissement pour avoir interviewé un chanteur iranien en exil.

Il ne reste pratiquement plus de journaux pour que les candidats opposés à la politique de Ahmadinejad puissent utiliser pour leur campagne.

On attend toujours l’annonce officielle de la candidature de l’ayatollah Khatami pour les prochaines élections.

Depuis l’annonce officielle de l’arrestation de Hossein Derakhshan, le fameux bloggeur iranien, aucune autre nouvelle sur son état.

Bref en ces périodes d’incertitude quant à la politique avenir des Etats Unis dans la région et profitant de l’attention portée par les médias sur le conflit israélo-palestinien et surtout voyant que son ennemi l’Israël est entrain de passé du statut de victime au bourreau dans l’opinion international, le régime iranien profite pour museler encore plus les voix opposées à sa politique actuelle.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

Hier en lisant Haaretz en ligne, un article d’Amira Hass a attiré mon attention. C’est une journaliste qui connait bien les territoires occupés et la bande de Gaza car elle y a vécu des années. J’ai donc traduit cet article en français :

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam. Mais pour nous, les Israéliens, histoire commence toujours quand les Palestiniens nous blessent, et alors la douleur est sortie du contexte. Nous pensons que si nous causons aux Palestiniens une douleur beaucoup plus grande, ils apprendront finalement leur leçon. Certains nomment cela « l’accomplissement. »

Néanmoins, la « leçon » demeure abstraite pour la plupart des Israéliens. Les médias israéliens produisent une information biaisée. Elle est superficielle, et ne s’étend pas sur nos « accomplissements » : les enfants massacrés et les corps se décomposant sous les ruines, le blessé condamné à la mort parce que nos soldats ont tiré sur l’ambulancier, les petites filles dont les jambes sont amputées dues aux blessures horribles causées par divers types d’armements, les pères désolés versant les larmes amères, des quartiers résidentiels qui ont été effacés, les brûlures terribles provoquées par le phosphore blanc – les dizaines de milliers de personnes qui ont été expulsées de leurs maisons, et sont encore expulsées à ce moment même, condamné à des zones de plus en plus restreintes où ils sont soumis à des bombardements incessants.

Depuis que l’autorité palestinienne a été établie, l’appareil israélienne de relations publiques a exagéré le danger de la menace militaire que les Palestiniens constituent. Quand ils passent des pierres aux fusils et des cocktails Molotov aux attentas-suicides, des bombes posées au bord de la route au Qassams et des Qassams aux roquettes russes, et d’OLP à Hamas, nous avons dit victorieusement, « nous vous avions prévenu. Ils sont des antisémites. »
Et donc, nous avons le droit de les anéantir.

Nous avons trouvé une excuse pour faire le carnage – les mots appropriés pour le décrire ne se trouve pas dans mon dictionnaire – était l’isolement étape-par-étape de la bande de Gaza. Nous avons transformé les gazaouites en objets abstraits, sans nom et adresse, à l’exception des adresses de sa population armée, sans histoire, à l’exception des dates définies par les services de sécurité du Shin Bet.

Le siège de Gaza n’a pas commencé quand le Hamas a saisi la commande des organes de la sécurité de la bande, ou quand Gilad Shalit a été pris en captif, ou quand le Hamas a été élu au cours d’élections démocratiques. Le siège a commencé en 1991 – avant les attentats-suicide. Et depuis lors, il est seulement devenu plus sophistiqué, atteignant son apogée en 2005.

L’appareil israéliennes de relations publiques ont présenté le retrait comme la fin de l’occupation, ce qui ne reflète pas la réalité des faits. L’isolement et la fermeture ont été présentés en tant que nécessités militaires. Mais nous sommes de grands garçons et filles, et nous savons que « les nécessités militaires » sont des mensonges dans un but précis. Le but de l’Israël est de contrecarrer la solution de deux-état, que le monde avait attendu à ce que cela se matérialise une fois la guerre froide finie en 1990. Ce n’était pas une solution parfaite, mais les Palestiniens étaient d’accord.

Gaza n’est pas une puissance militaire qui a attaqué son voisin minuscule et pacifique, Israël. Gaza est un territoire que l’Israël a occupé en 1967, avec la Cisjordanie. Ses résidants font partie de palestiniens, qui ont perdu leur terre et leur patrie en 1948.

En 1993, l’Israël a eu une occasion en or de prouver au monde que ce que disent des personnes sur nous est faux – que nous ne sommes par nature un état colonialiste. Que l’expulsion d’une nation de sa terre, l’expulsion des personnes de leur maison et le vol de la terre palestinienne pour les juifs ne sont pas la base et l’essence de son existence.

Dans les années 90, l’Israël a eu une chance de montrer que 1948 n’est pas son paradigme. Mais il a manqué cette occasion. Au lieu de cela, il a simplement perfectionné ses techniques pour voler la terre et expulser des personnes de leurs maisons, et a maintenu les Palestiniens dans des enclaves. Et maintenant, pendant ces jours sombres, l’Israël montre que 1948 continu toujours.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Merci Israël

Merci, tu as fait le jeu des intégristes. Les fondamentalistes de tous bords se frottent les mains. Notre souhait d’une coexistence pacifique des toutes les religions au Moyen Orient est devenu de plus en plus improbable. Combiens de générations aura-t-on besoin pour effacer la haine qui s’amplifie. Et merci aux dirigeants des pays occidentaux qui mettent de l’huile sur le feu en prenant position et en refusant toute négociation en diabolisant l’adversaire.
Certains analystes disent que cette opération, planifiée de longue date, est une stratégie d’Ehud Barak pour contrer la popularité grandissante de Netanyahou et le battre lors des élections législatives du 10 février prochain. Que ce soit au prix des victimes innocentes (aussi bien palestiniennes qu’israéliennes) là n’est pas la question.
Le Hamas va sortir vainqueur de cette opération. Le Fatah et Mahmoud Abbas vont disparaître.
Israël et l’Occident vont devoir dialoguer avec le Hamas car ils n’auront plus aucune alternative.
Je vous invite, sur le même sujet, à lire le très bon article de Domminique Eddé, écrivaine franco-libanaise, paru dans le Monde (bien que le titre de cet article est excessif et ne reflète pas le contenu).

Entre temps en Iran, un journal modéré, Kargozaran, a été fermé car il a osé écrire que le Hamas cache des armes dans des mosquées ou des habitations.
Chirine Ebadi est mal mené car on lui reproche de ne pas assez critiquer le bombardement de Gaza.
Des groupes fondamentalistes demandent la mort de Hosni Mobarak.
L’étau se ressère sur les hommes de paix.  Les intégristes se frottent les mains. Merci encore Israël.

3 Commentaires

Classé dans guerre

la manipulation médiatique

Je voulais pousser ma gueulante sur la manipulation médiatique dont actuellement nous sommes victime.
Cette manipulation est encore plus évidente quand elle touche mon pays. C’est fou à quel point en juste quelques mois l’Iran est devenu le grand méchant loup. Le pays est devenu celui qui menace la terre entière (l’Occident a tendance à se prendre pour la conscience du monde entier). Quand je voyage dans mon pays et quand j’y emmène des étrangers ils sont sidérés de voir la différence entre leur expérience et la vision dont l’occident a peint. Et quand ces derniers reviennent et raconte leur vécu on ne les croit pas.

Jamais dans l’histoire de l’humanité nous avions tant de canaux de diffusion de l’information : TV, radio, Internet, presse. Mais pourquoi alors cette manipulation est possible :
1/ cet accès facile à l’information donne l’impression de savoir ce qui se passe autour de nous mais cette connaissance reste superficielle car traitée, pour la plupart du temps, d’une manière superficielle. Nous n’avons plus le temps d’approfondir une information car justement à force d’être sollicité de tout part, comme une abeille, nous passons d’une information à l’autre.
2/ les sociétés occidentales sont de plus en plus des sociétés de spectacles et donc agissent sur les émotions plus que sur l’intelligence ou sur la raison. Comment se fait il alors que les européens se font berner par des hommes politiques avec des discours de plus en plus populistes qui proposent des solutions faciles à des problèmes complexes.

Je me rappelle à la veille de la première guerre du golfe quand les occidentaux s’offusquèrent des agissements d’un dictateur qu’ils avaient eux-mêmes créés et armés des discussions que j’ai eu en France avec des personnes que je pensais sensées et avec un minimum de raisons qui prétendaient être dans le camp des « justes ». Ceux ci prétendaient que l’Irak était la quatrième armée du monde en sachant qu’il venait de sortir d’une guerre meurtrière de huit ans avec l’Iran. Pourtant Saddam Hussein avait fait la guerre contre mon pays et son armée avait tué des centaines de milliers de jeunes. Mais je savais qu’encore une fois c’était le pauvre peuple irakien qui allait souffrir.

En parlant de cette guerre meurtrière de 8 ans il me vient à l’esprit une anecdote intéressante :
au cours de cette guerre, nous envoyions nos soldats souffrants des attaques chimiques de l’armée de Saddam en occident pour montrer au monde entier que l’Irak utilisait des armes non conventionnelles mais aucun journaliste n’en fît mention car l’Iran faisait peur avec son ayatollah et sa révolution islamique. Les médias commencèrent à en parler uniquement quand l’armée irakienne utilisa ces armes contre les kurdes de Halabcha.Comment voulez vous alors, que le gouvernement actuel de l’Iran fasse confiance à l’occident quand celui prétend « l’aider » dans la maîtrise du circuit d’enrichissement de l’uranium pour son utilisation civile.
Je ne défends pas du tout le régime actuel en Iran car il emprisonnent des étudiants, ferment des journaux et musèlent la presse, filtre les sites Internet, combat les mouvements féministes,…
Je veux juste vous démontrer que le monde n’est pas noir et blanc et que les journalistes sont aussi manipulés, des fois à leur dépend et donc nous diffuse des informations erronés sur le monde.

2 Commentaires

Classé dans irak, Iran, média, Révolution