Archives de Tag: Gaza

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

Hier en lisant Haaretz en ligne, un article d’Amira Hass a attiré mon attention. C’est une journaliste qui connait bien les territoires occupés et la bande de Gaza car elle y a vécu des années. J’ai donc traduit cet article en français :

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam. Mais pour nous, les Israéliens, histoire commence toujours quand les Palestiniens nous blessent, et alors la douleur est sortie du contexte. Nous pensons que si nous causons aux Palestiniens une douleur beaucoup plus grande, ils apprendront finalement leur leçon. Certains nomment cela « l’accomplissement. »

Néanmoins, la « leçon » demeure abstraite pour la plupart des Israéliens. Les médias israéliens produisent une information biaisée. Elle est superficielle, et ne s’étend pas sur nos « accomplissements » : les enfants massacrés et les corps se décomposant sous les ruines, le blessé condamné à la mort parce que nos soldats ont tiré sur l’ambulancier, les petites filles dont les jambes sont amputées dues aux blessures horribles causées par divers types d’armements, les pères désolés versant les larmes amères, des quartiers résidentiels qui ont été effacés, les brûlures terribles provoquées par le phosphore blanc – les dizaines de milliers de personnes qui ont été expulsées de leurs maisons, et sont encore expulsées à ce moment même, condamné à des zones de plus en plus restreintes où ils sont soumis à des bombardements incessants.

Depuis que l’autorité palestinienne a été établie, l’appareil israélienne de relations publiques a exagéré le danger de la menace militaire que les Palestiniens constituent. Quand ils passent des pierres aux fusils et des cocktails Molotov aux attentas-suicides, des bombes posées au bord de la route au Qassams et des Qassams aux roquettes russes, et d’OLP à Hamas, nous avons dit victorieusement, « nous vous avions prévenu. Ils sont des antisémites. »
Et donc, nous avons le droit de les anéantir.

Nous avons trouvé une excuse pour faire le carnage – les mots appropriés pour le décrire ne se trouve pas dans mon dictionnaire – était l’isolement étape-par-étape de la bande de Gaza. Nous avons transformé les gazaouites en objets abstraits, sans nom et adresse, à l’exception des adresses de sa population armée, sans histoire, à l’exception des dates définies par les services de sécurité du Shin Bet.

Le siège de Gaza n’a pas commencé quand le Hamas a saisi la commande des organes de la sécurité de la bande, ou quand Gilad Shalit a été pris en captif, ou quand le Hamas a été élu au cours d’élections démocratiques. Le siège a commencé en 1991 – avant les attentats-suicide. Et depuis lors, il est seulement devenu plus sophistiqué, atteignant son apogée en 2005.

L’appareil israéliennes de relations publiques ont présenté le retrait comme la fin de l’occupation, ce qui ne reflète pas la réalité des faits. L’isolement et la fermeture ont été présentés en tant que nécessités militaires. Mais nous sommes de grands garçons et filles, et nous savons que « les nécessités militaires » sont des mensonges dans un but précis. Le but de l’Israël est de contrecarrer la solution de deux-état, que le monde avait attendu à ce que cela se matérialise une fois la guerre froide finie en 1990. Ce n’était pas une solution parfaite, mais les Palestiniens étaient d’accord.

Gaza n’est pas une puissance militaire qui a attaqué son voisin minuscule et pacifique, Israël. Gaza est un territoire que l’Israël a occupé en 1967, avec la Cisjordanie. Ses résidants font partie de palestiniens, qui ont perdu leur terre et leur patrie en 1948.

En 1993, l’Israël a eu une occasion en or de prouver au monde que ce que disent des personnes sur nous est faux – que nous ne sommes par nature un état colonialiste. Que l’expulsion d’une nation de sa terre, l’expulsion des personnes de leur maison et le vol de la terre palestinienne pour les juifs ne sont pas la base et l’essence de son existence.

Dans les années 90, l’Israël a eu une chance de montrer que 1948 n’est pas son paradigme. Mais il a manqué cette occasion. Au lieu de cela, il a simplement perfectionné ses techniques pour voler la terre et expulser des personnes de leurs maisons, et a maintenu les Palestiniens dans des enclaves. Et maintenant, pendant ces jours sombres, l’Israël montre que 1948 continu toujours.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Pourquoi l’Europe doit parler au Hamas

En ces journées sanglantes à Gaza, je vous invite à lire ce très bon article écrit par l’émissaire français auprès du Hamas désavoué par la suite :

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized