Archives de Catégorie: Uncategorized

L’aveu

aveuJe dédie ces quelques mots aux combattants de la liberté qui subissent actuellement un procès mascarade en vue de décrédibiliser la protestation et de lui donner une couleur d’intervention occidentale. Le but ultime du gouvernement est d’emprisonner les meneur des protestations que sont Moussavi et Karroubi.
« J’avoue que la terre est plate. J’avoue que le jour c’est la nuit. Si je l’ai vu noir en plein jour ce n’était qu’un défaut d’optique de ma part. J’avoue que les médicaments administrés n’étaient qu’illusion. Un traitre comme moi ne mérite pas la miséricorde. J’avoue tout ce que tu veux si, mon ami, tu me donnes un bout de pain. J’avoue tout mais s’il te plait arrête de me battre. »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La désobéissance civile à l’iranienne

Une fois n’est pas coutume je vous invite à lire cet article dans le journal le Figaro. Bon ce n’est pas un journal que j’apprécie en général mais le quotidien à une correspondante franco-iranienne qui de part ses origines connaît très bien ce pays et en général à une approche très juste de la situation.  Elle s’appelle Delphine Minoui. Elle est basée actuellement à Beyrouth, elle a dû quitter l’Iran précipitamment car menacées sérieusement. Pour les autorités iranienne elle est une iranienne. En effet en Iran c’est le droit du sang qui définie votre nationalité, vous ne la perdez jamais et le pays, officiellement, n’accepte pas la double nationalité bien qu’actuellement à cause du nombre important de bi-nationaux le pays ferme les yeux quand en sortant du pays vous brandissez l’autre passeport pour prouver que vous avez pas besoin de visa pour vous rendre à l’étranger.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La révolution 2.0

Je voulais vous faire part de ce post écrit en persan et traduit en anglais. Il résume la spécificité de la révolte iranienne.
Celle ci utilise la nouvelle technologie de l’information comme arme : Internet, les SMS et tous les nouveaux moyen de communication créés depuis le début du XXI ème siècle.
Comment ses moyens de communications ont structuré cette révolte.

Le bloggeur nous explique que tout un chacun est devenu lui même source d’information. Il explique aussi comment l’individu devient acteur et structure la révolte. Il donne comme exemple la présence de Moussavi à la fameuse prière de vendredi (presque deux millions de personnes avaient participés) où sa présence était du aux messages envoyés sur Facebook de gens qui lui avait demandé d’assister avec eux à cette prière. L’écrivain affirme que malgré l’absence de leader il y avait un leadership assuré par l’individu/acteur. C’était comme ci des millions de personnes s’étaient entraînées des années  pour se révolter contre la répression. Il donne comme exemple lors de cette même prière quand le « chauffeur de salle » qui à son habitude cria « Mort à l’Amérique » a eu comme echo « Mort à la Russie »  (la Russie étant un des premiers pays à avoir reconnu l’élection d’Ahmadinejad) sans qu’aucune concertation n’ait été faite à la veille de cette prière. L’écrivain pense qu’ils sont entrain de vivre la bataille entre les armes classiques, balles et fusils, et les nouvelles armes que sont l’information et la connaissance. A suivre

Pour lire le texte original cliquez sur le lien suivant (pour lire la traduction en anglais descendre dans la page)

Comme je redoute que ce blog soit interdit je copie-colle le texte dans mon post :

In the history books of the 21st century, the first chapter will be about us.

In the introduction, they might write that important events have happened before us, events like 9/11 and war on Iraq and Afghanistan, but those were the remnants of the previous century, with an outdated dialogue and with twentieth century tools: Airplanes, bombs and bullets. And then they will write that the first chapter is dedicated to us because we have been the true children of our time and our dialogue was the dialogue of the beginning of the third millennium.

Early in the book, they will write that social movements are born out of communication technologies and at the same place they will write that we were the first movement that exploited entirely all the new communication tools that were established at the beginning of this century.
Perhaps they will write a footnote on how these tools changed the social structure and how they changed the world view on the social classes, work flow, production and distribution of wealth, social leadership and management and even changed the world’s attitude about the sustainable human values.

Perhaps on the same page, there is a photograph of the inventor of the first mobile phone and the portraits of the founders of Wikipedia, Facebook, Blogger, YouTube, Podcasts, or maybe photos of their statues in the main squares of the world’s leading cities, with captions like: « Figures who built the twenty first century. »

Idem they will write that previously there were only one-way paths: Somebody wrote and published the newspapers and the rest of the people read them. Somebody spoke while the rest were listening. One person was on TV and the rest were watching. Somebody commanded and led and then shapeless masses followed. They will write that the community structure and distribution of wealth, power and information was pyramidal, and then they will highlight that the new communication technologies flattened the society. It empowered the bases of the pyramid such that they reached the top.
It made it possible to communicate with each other, send and receive news, exchange information, tell and listen, watch and be seen, and find new means of cooperation, thinking, criticizing and progress.

There, on top of that page they will put a picture of us with our green flags.
They will write that we were the first social movement that all of us were its leader and all of us were its organizer. The name which was called the most was only the speaker of a part of our demands.
Perhaps they will open a box there to put MirHossein’s written statement as an example, where he said: because the people participate in the Friday prayer, he will accept their invitation and join them. They must also add the explanation that previously the leader of a movement used to announce his presence and invited people to join him.

They may make a subsection to describe how a movement without a command center was acting so well-orchestrated. How its ideas, desires, and slogans were suggested, criticized, and completed so well, and then one day they were expressed in such a harmony as if all these millions, have practiced together for years. Perhaps there, at least in the electronic version of this history book, they will make a link to a clip of us, where the Speaker shouts from the loud-speaker: « death to the U.S.” and we all respond « death to Russia« . Without anybody been preparing for this response, without being coordinated, we shout as if we are all one mouth and one voice.

They will write that we were the first party that had no central council, no secretary general, and no political branches. They will write that our party was one of complete anarchy that behaved quite systematic. They may presumably point their sarcasm toward anarchist parties of decades before us that were built systematically to behave as anarchists. They will write that our party had no party organs, but all its strategies were clear and its programs were all set correctly. Our demands were also summarized, reviewed, completed, and expressed in the clearest form of expression.

In the same chapter they will write that we lived the last days of guns and bullets and we showed that wherever the awareness, information and enough communication channels for human connection exists, the bullet is pointless. There may put a picture of a single bullet somewhere in our Freedom Museum and will write for its caption « the last bullet that was pulled out of the magazine »
A delicate person will calculate the total weight of the electrons that construct our blogs and websites, and will show that it was not even a thousandth of a bullet weight. He may estimate the weight of all the air molecules in our chants, our « death to dictators », our « all political prisoners must be released » and show that they altogether weigh less than the weight of a single wall of the Evin prison.

Next they will write that we suggested a new definition for the human society, the human relations, for globalization and for living in the global village. Each of these historians will give us a name. Their simplest may write the Green Revolution, another will call us the “Silence Revolution, somebody will call it the “Smile Revolution”, and at last there will be someone to write the “Awareness Revolution

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

je me lance dans des explications de texte

Sur les conseil des copains je me suis lancé dans une explication de texte pour résumé ce qui se passe en Iran depuis quelques mois, voilà le résultat de mes quelques jours de réflexion :
Trente ans après la révolution de 1979, qui marqua le début du XXIe siècle avec le retour de la religion au premier rang de l’histoire, l’Iran connaît un nouveau soulèvement déclenché par la fraude massive organisée pour forcer la reconduction de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République.

Quatre périodes ont rythmé la révolution iranienne : la mise en place des nouvelles institutions de la République islamique ; la grande guerre patriotique qui repoussa, au prix d’effroyables pertes, l’attaque lancée par l’Irak de Saddam Hussein avec la bénédiction des occidentaux et des pays arabes ; le relâchement du contrôle de la société et la libéralisation progressive de l’économie à partir de l’élection du président Khatami en 1997 ; la radicalisation religieuse, nationaliste et anti-occidentale lancée par le guide suprême, Ali Khamenei, en réaction aux émeutes étudiantes de 1999, radicalisation qui s’est accélérée depuis l’accession de Mahmoud Ahmadinejad aux fonctions de chef de l’État en 2005.

L’objectif des fondamentalistes ultras consiste à basculer de la République islamique, organisée autour d’un équilibre subtil entre le guide suprême et le conseil des experts incarnant le pouvoir religieux d’une part, la présidence et le Parlement (Majlis) faisant une place au suffrage universel d’autre part, vers un gouvernement islamique donnant aux religieux et à leurs alliés le contrôle total sur l’État, l’économie et la société. Sur le plan politique, le durcissement du régime a été orchestré par la montée en puissance des gardiens de la révolution, forts de 130 000 membres, qui ont intégré les milices bassidjis, quadrillé l’État et pris le contrôle de pans entiers de l’économie, à commencer par le marché noir (rappelez vous la prise d’otage des marines anglais dans les eaux iraniennes était due à la découverte des britanniques de trafic  de voitures asiatiques vers l’Irak par les gardiens de la révolution)   . Sur le plan intérieur, une féroce répression s’est abattue sur les mouvements étudiants et les revendications autonomistes des minorités ethniques (baloutches, kurdes) ou religieuses (sunnites). Sur le plan international, l’Iran s’est installé à la tête de la lutte contre les États-Unis et Israël, déployant de puissants relais dans le Moyen-Orient avec le Hamas en Palestine, le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak. La politique manichéenne et guerrière de Bush et des néocons a donné de moult arguments à Ahmadinejad pour alimenter sa campagne anti-américaine. Sur le plan stratégique, la République islamique s’est spécialisée dans la prolifération à travers les tirs de missiles, la mise en orbite d’un satellite et surtout la poursuite d’un programme nucléaire (je n’ai pas vraiment la preuve d’une volonté de fabrication d’arme nucléaire).

Une élection faussée peut déboucher sur une vraie révolution. Si l’insurrection des Iraniens ne provoque pas pour l’heure, en raison de l’intensité de la répression, le renversement du régime, elle en a délégitimé les principes, les institutions et les dirigeants. Trois faits marquants sont à retenir. D’abord, en dépit des dizaines de morts, des centaines de disparus et des milliers d’arrestations, la contestation perdure. Des clivages majeurs se creusent au sein du clergé, avec la multiplication des prises de position hostiles au guide suprême par les ayatollahs Rafsandjani, Montazéri ou Ostadi, en charge des écoles religieuses de Qom. Enfin le régime est pris à son propre piège, la contestation politique devenant nécessairement une contestation religieuse, retournant contre les radicaux les slogans de la révolution de 1979 hostiles à la dictature et l’idéologie des martyrs – qui a pris pour le monde entier le visage ensanglanté de Neda Agha-Soltan.

Le mouvement est révolutionnaire en ce qu’il dévoile la véritable nature du régime iranien et qu’il est porteur d’un projet cherchant à concilier islam et liberté. La République islamique n’a plus de République ou d’islam que le nom. Elle s’affiche clairement en dictature corrompue, structurée autour de la fusion entre les gardiens de la révolution et de l’État, pratiquant un coup d’État permanent contre les citoyens, organisée autour d’un vaste appareil répressif qui contrôle l’économie et la société. Le caractère religieux du régime relève de la fiction dès lors que sa survie est fondée sur la violence contre le peuple, donc les fidèles, ce qui ne peut manquer de créer des divisions croissantes et irréconciliables entre les ayatollahs – dont témoigne le discrédit du guide suprême, Ali Khamenei. L’opposition, muselée, n’en dispose pas moins du soutien de la majorité de la population, de leaders potentiels et d’un projet alternatif, fondé sur une forme de distinction du religieux et du politique, une autonomie de l’État, la libéralisation de l’économie et de la société, la réintégration de l’Iran au sein de la communauté internationale.

L’Iran vit donc une authentique révolution pour la liberté, même si celle-ci ne se fixe pas pour but une démocratie de marché de type occidental. Une révolution dont les conséquences potentielles sont considérables.

Sur le plan intérieur, un nouveau durcissement est inévitable, caractérisé par l’expansion de l’appareil répressif, l’ascension des violences contre la population, l’exacerbation du nationalisme contre les minorités, l’emballement des provocations diplomatiques. De ce fait, un dénouement rapide et une révolution de velours sont exclus, les radicaux et les gardiens de la révolution ayant trop à perdre d’une libéralisation du régime. De même, le dénouement autour d’une intervention militaire extérieure est hautement improbable, car elle serait contre-productive en relégitimant les dirigeants actuels. La sortie de crise à la chinoise, mêlant autoritarisme politique et accélération du développement économique, est hors d’atteinte, car elle supposerait l’allégement du contrôle de l’économie et l’ouverture des frontières – avec pour préalable la normalisation de la situation internationale de l’Iran, et donc un accord sur le nucléaire -, toutes évolutions aux antipodes des objectifs d’Ahmadinejad et de ses parrains. Force est donc de constater que l’Iran se trouve dans une position où la violence de la dictature ne pourra sans doute être mise en échec que par une violence plus grande encore des Iraniens.

Au plan international, la position de l’Iran, formidablement renforcée par l’Administration Bush à travers la dénonciation de l’axe du mal, le fiasco irakien et le levier majeur offert à la République islamique sur les deux conflits d’Irak et d’Afghanistan, est fortement affaiblie. L’accélération des ambitions balistiques et nucléaires ne peut que renforcer l’isolement du pays et les craintes du monde arabe. La violence de la répression déstabilise l’image de la République islamique au sein du monde musulman. L’intensité et la durée des troubles créent le doute sur la stabilité et la pérennité du régime, affectant le statut de puissance régionale du pays et fragilisant ses alliés, Hamas et Hezbollah en tête. Pour toutes ces raisons, la crise constitue un succès pour l’Administration Obama, même si elle compromet ses projets de désarmement nucléaire à court terme. Pour les démocraties occidentales, l’heure est moins que jamais à l’option militaire mais au soutien indirect à la société iranienne, notamment par la diffusion de l’information et la mise à disposition des réseaux de communication.

La révolution iranienne comporte peut-être enfin une dimension historique, en marquant la première pierre d’une réconciliation possible de l’islam avec la modernité et la liberté. L’échec des stratégies de modernisation occidentales – à l’exemple de l’Iran du chah – et des expériences soviétiques, de l’Algérie à l’Irak en passant par l’Égypte, a ouvert à partir des années 1970 un formidable espace au fondamentalisme islamique. Celui-ci a exploré la voie de la théocratie, avec l’Iran depuis 1979, et celle du terrorisme de masse avec al-Qaida, qui se révèlent aujourd’hui comme autant d’impasses. La révolte des Iraniens en prend acte, qui vise à une forme de dissociation des domaines de la vérité, de la foi et de l’action politique. Elle est parfaitement respectueuse de l’identité nationale et de la culture de l’Iran comme de la foi islamique, mais entend les concilier avec la reconnaissance de droits politiques, l’autonomie de la société civile et l’insertion du pays dans la mondialisation. En cela, elle acte peut-être le début de la fin de la spirale régressive dans laquelle s’est enfermé le monde musulman depuis trois décennies. Aux fidèles de l’islam, la révolution iranienne montre que la révolte des consciences est possible contre la dictature et la corruption, y compris quand celles-ci s’abritent sous le masque d’une foi dévoyée. Aux Occidentaux, elle prouve que les droits politiques ne s’exportent pas par la force, mais se construisent dans les cœurs. À tous les hommes – y compris aux citoyens apathiques et rassasiés des démocraties -, elle rappelle qu’au-delà de la diversité des principes moraux et des fois religieuses, des institutions et des traditions, la liberté conserve une valeur universelle. Et qu’il ne reste parfois pas d’autre choix que de combattre pour la conquérir ou la préserver.

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

La vague verte

Après des mois de silence et sur insistance d’amis et de collègues je reprends l’écriture de ce blog.
Depuis début juin et le début de la campagne électorale des présidentielle en Iran il s’est passé beaucoup de chose dans mon pays. C’était d’ailleurs tellement intense que je sais pas par où commencer.

Ce qui a été unique dans son genre pendant cette campagne c’est le style.  Le gouvernement a enlevé la chape de plomb de la censure présent sur les médias comme les journaux et la télévision. Des débats digne de démocratie européenne ont eu lieu à la TV et les candidats n’ont pas arrêté de critiquer le gouvernement sortant de Ahmadinejad.

Les candidats réformateurs, Moussavi et Karroubi se sont rués sur ses moments de liberté pour dire ce qu’il pensait du gouvernement d’Ahmadinejad :

– sa politique économique désastreuse qui a engendré une inflation de 17% par an en moyenne  sur 4 ans.
– sa politique étrangère populiste avec ses propos provocateurs sur le génocide juif
– l’utilisation de la superstition chiite dans ses discours
– la distribution de la rente pétrolière en augmentant d’une manière considérable le salaire des fonctionnaires, ce qui est en parti responsable de l’inflation
– en nommant à des postes importants des personnes incompétentes

Les jeunes, les femmes et en particulier la population urbaine (70% de la population) et éduquée se sont ralliés aux candidats réformateurs et l’Iran est devenu un immense forum politique ou les anti et les pro Ahmadinejad discutaient et débattaient dans les lieux publics.  Des cortèges de jeunes habillés en vert (couleur des réformateurs) ont remplis les rues des grandes villes iraniennes. L’espoir renaissait après ces 4 années d’obscurantisme et de populisme.

Le 12 juin 2009  les iraniens se sont rendus aux urnes massivement pour le changement et cet élection présidentielle a connu 85% de participation.

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

En Iran la radicalisation continue

Entre temps en Iran le régime se radicalise.

Un membre de la Ligue de défense des droits de l’homme en Iran présidée par Mme Chirine Ebadi a été arrêté.
Un journal, Hamshahri, publié par le maire de Téhéran, probable futur candidat à la présidentielle, a reçu un avertissement pour avoir interviewé un chanteur iranien en exil.

Il ne reste pratiquement plus de journaux pour que les candidats opposés à la politique de Ahmadinejad puissent utiliser pour leur campagne.

On attend toujours l’annonce officielle de la candidature de l’ayatollah Khatami pour les prochaines élections.

Depuis l’annonce officielle de l’arrestation de Hossein Derakhshan, le fameux bloggeur iranien, aucune autre nouvelle sur son état.

Bref en ces périodes d’incertitude quant à la politique avenir des Etats Unis dans la région et profitant de l’attention portée par les médias sur le conflit israélo-palestinien et surtout voyant que son ennemi l’Israël est entrain de passé du statut de victime au bourreau dans l’opinion international, le régime iranien profite pour museler encore plus les voix opposées à sa politique actuelle.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

Hier en lisant Haaretz en ligne, un article d’Amira Hass a attiré mon attention. C’est une journaliste qui connait bien les territoires occupés et la bande de Gaza car elle y a vécu des années. J’ai donc traduit cet article en français :

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam

L’histoire n’a pas commencé par les roquettes Qassam. Mais pour nous, les Israéliens, histoire commence toujours quand les Palestiniens nous blessent, et alors la douleur est sortie du contexte. Nous pensons que si nous causons aux Palestiniens une douleur beaucoup plus grande, ils apprendront finalement leur leçon. Certains nomment cela « l’accomplissement. »

Néanmoins, la « leçon » demeure abstraite pour la plupart des Israéliens. Les médias israéliens produisent une information biaisée. Elle est superficielle, et ne s’étend pas sur nos « accomplissements » : les enfants massacrés et les corps se décomposant sous les ruines, le blessé condamné à la mort parce que nos soldats ont tiré sur l’ambulancier, les petites filles dont les jambes sont amputées dues aux blessures horribles causées par divers types d’armements, les pères désolés versant les larmes amères, des quartiers résidentiels qui ont été effacés, les brûlures terribles provoquées par le phosphore blanc – les dizaines de milliers de personnes qui ont été expulsées de leurs maisons, et sont encore expulsées à ce moment même, condamné à des zones de plus en plus restreintes où ils sont soumis à des bombardements incessants.

Depuis que l’autorité palestinienne a été établie, l’appareil israélienne de relations publiques a exagéré le danger de la menace militaire que les Palestiniens constituent. Quand ils passent des pierres aux fusils et des cocktails Molotov aux attentas-suicides, des bombes posées au bord de la route au Qassams et des Qassams aux roquettes russes, et d’OLP à Hamas, nous avons dit victorieusement, « nous vous avions prévenu. Ils sont des antisémites. »
Et donc, nous avons le droit de les anéantir.

Nous avons trouvé une excuse pour faire le carnage – les mots appropriés pour le décrire ne se trouve pas dans mon dictionnaire – était l’isolement étape-par-étape de la bande de Gaza. Nous avons transformé les gazaouites en objets abstraits, sans nom et adresse, à l’exception des adresses de sa population armée, sans histoire, à l’exception des dates définies par les services de sécurité du Shin Bet.

Le siège de Gaza n’a pas commencé quand le Hamas a saisi la commande des organes de la sécurité de la bande, ou quand Gilad Shalit a été pris en captif, ou quand le Hamas a été élu au cours d’élections démocratiques. Le siège a commencé en 1991 – avant les attentats-suicide. Et depuis lors, il est seulement devenu plus sophistiqué, atteignant son apogée en 2005.

L’appareil israéliennes de relations publiques ont présenté le retrait comme la fin de l’occupation, ce qui ne reflète pas la réalité des faits. L’isolement et la fermeture ont été présentés en tant que nécessités militaires. Mais nous sommes de grands garçons et filles, et nous savons que « les nécessités militaires » sont des mensonges dans un but précis. Le but de l’Israël est de contrecarrer la solution de deux-état, que le monde avait attendu à ce que cela se matérialise une fois la guerre froide finie en 1990. Ce n’était pas une solution parfaite, mais les Palestiniens étaient d’accord.

Gaza n’est pas une puissance militaire qui a attaqué son voisin minuscule et pacifique, Israël. Gaza est un territoire que l’Israël a occupé en 1967, avec la Cisjordanie. Ses résidants font partie de palestiniens, qui ont perdu leur terre et leur patrie en 1948.

En 1993, l’Israël a eu une occasion en or de prouver au monde que ce que disent des personnes sur nous est faux – que nous ne sommes par nature un état colonialiste. Que l’expulsion d’une nation de sa terre, l’expulsion des personnes de leur maison et le vol de la terre palestinienne pour les juifs ne sont pas la base et l’essence de son existence.

Dans les années 90, l’Israël a eu une chance de montrer que 1948 n’est pas son paradigme. Mais il a manqué cette occasion. Au lieu de cela, il a simplement perfectionné ses techniques pour voler la terre et expulser des personnes de leurs maisons, et a maintenu les Palestiniens dans des enclaves. Et maintenant, pendant ces jours sombres, l’Israël montre que 1948 continu toujours.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized